Mardi, Décembre 10, 2019

LA RÉVOLUTION DE LA MODERNITÉ EST INCAPABLE DE DÉFENDRE LA FEMME CONGOLAISE

En ce 8 mars 2013, le pouvoir de Kinshasa qui a comme slogan la révolution de la modernité célèbre autrement la journée de la femme (pas de défilé). Le ministre du genre, famille et enfant Geneviève Inagosi motive cette orientation du gouvernement de la RDC dans la volonté de " redorer plus ou moins le vrai sens de la commémoration de cette journée" (radio okapi).

A la place du défilé des femmes congolaises, sont organisées des activités de sensibilisation sur la promotion de la cause de la femme en RDC.

La vérité est que ce sont les membres de ce pouvoir qui ont besoin d’assister à ses séminaires pour comprendre que la femme mérite la justice et le respect.

Aussi bien du temps de Lumumba ou de celui qui est considéré comme le plus grand dictateur d’Afrique  Mobutu Sese Seko jamais la position de la femme avait été aussi basse. En 9 ans de règne sans partage ( plus 2001 et 2002 avant le 1+4), le pouvoir de Kinshasa a réussit malheureusement à faire de la RDC la capitale du viol. Les différents viols commis dans l’est de la RDC ont poussé Madame Margot Wallstrom (représentante spéciale du secrétaire général de l’organisation des nations unies, chargé de la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits armés) a déclaré en 2010 que la RDC était la capitale mondiale du viol.

Et à l’OUEST : Le 23 février 2012, Madame Margot Wallstrom présentait au conseil de sécurité de l’ONU (organisation des nations unies) un rapport sur les violences sexuelles liées aux conflits dans le monde. Parmi les différents cas évoqués, il y a eu celui des opérations d’expulsion des congolais d’Angola. Ce rapport dénombre que 3768 femmes dont 998 enfants ont été victimes de différents types de violence sexuelle par des membres des forces de sécurité de l’Angola entre janvier et octobre 2011.

Bien sur aucune réaction du pouvoir de Kinshasa qui est en fait le pouvoir le plus faible de tout les temps qu’ait connu l’univers.

Les membres de la révolution de la modernité ne cessent de mettre la RDC à genoux.

Le 4 février 2013, le pouvoir de Kinshasa a décidé d’interrompre les poursuites judiciaires à l' égard du milicien Cobra Matata et de ses hommes. Ils étaient poursuivis pour meurtres, viols et création d’un mouvement insurrectionnel.  Voici ce que déclarait le major Kumbu Ngoma à radio okapi pour crédibilisait ce " pardon",  "On a décrété la surséance de ces poursuites pour privilégier la recherche de la paix publique et la sécurité de la population, d’autant plus que l’Etat congolais a une obligation constitutionnelle de protéger le peuple » .

L’armée congolaise espère le retour en son sein du milicien Cobra Matata (ancien colonel). Bien évidemment l’ancien colonel est prêt à accepter le deal (le pardon contre le retour au sein de l’armé), il est en train de négocier le grade de général.

N’est ce pas qu’on se croirait dans un film, quid des meurtres et des femmes violées sacrifiés au nom de la fameuse paix.

Le M23 serait sur le point d’obtenir son pardon :

Ce n’est un secret pour personne, à l' entrée de ce mouvement dit "rebel" dans la ville de Goma, des filles ont été enlevées par les troupes du M23. Mais bien sur avec kinshasa aucune plainte, seulement des accords pour obtenir la  fameuse paix.

En d’autres termes Cobra Matata ( et sa milice) et ainsi que les hommes de M23 de Sultani Makenga vont retrouver leur place au sein de l' armée congolaise, le gouvernement leur confiera la sécurité des congolais ( avec armes en main et sans poursuite judiciaire) .

La révolution de la modernité n’a pas hésité a refuser de livrer Bosco Ntaganda  pourtant poursuivi par la CPI (Cour Pénale Internationale)  au nom de la fameuse paix.

Je suis fier de ne pas faire parti de la révolution de la modernité, oh oui je suis fier de ne pas être kabiliste. j’apprécie aussi la paix mais pas jusqu' au point de sacrifier le sang des congolais, les femmes violées et  de fermer mes yeux sur l' enrôlement des enfants  dans ses fameux groupes rebelles ou milices.

Je le dis haut et fort " Confier sa sécurité à la révolution de la modernité c' est se mettre en danger ".

Chers tous, cette révolution de la modernité qui n' a pas pu en 12 ans de pouvoir ( dont 9 sans partage ) formé une armée est elle faible ou complice ?


Paul Voumbo , le 8 mars 2013

Compteur des Visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui6
mod_vvisit_counterHier2
mod_vvisit_counterCette semaine8
mod_vvisit_counterce mois127
mod_vvisit_counterAu total23958

Newsletter

Nom:
Email:

PAUL VOUMBO SITE OFFICIEL

Copyright © 2009 Tous droits réservés
Site crée par Ingénieur Pitshou Nkumu Booto